This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website.

Carole Chemoul
Sophrologue Paris 12

6 exercices de sophrologie pour vous aider à dépasser une addiction

Vous vous demandez comment la sophrologie peut vous aider dans votre combat contre une addiction ? 

Alors cet article est fait pour vous. 

Car la sophrologie, par ses exercices simples et faciles à intégrer au quotidien, est en effet de plus en plus recommandée comme complément de traitement des addictions.  

Comment vaincre une addiction avec la sophrologie ?

Une addiction est un réel handicap dans la vie quotidienne. Si la sophrologie seule ne permet pas d’en guérir, son apport en matière de lâcher-prise, d’écoute de soi et de gestion des émotions est efficace dans le cadre d’un traitement médical. 

Car les exercices de sophrologie, par leur effet de mise en harmonie du corps et de l’esprit, aident les personnes souffrant d’une addiction à aller de l’avant. 

Nous allons voir ensemble 6 bienfaits à tirer de la sophrologie en cas de dépression :  

  1. La détente musculaire 
  2. La respiration adaptée
  3. La visualisation positive
  4. La diminution du stress et de l’anxiété
  5. L’écoute des besoins physiques et psychiques
  6. Soulager les douleurs liées au sevrage

Prendre RDV avec Carole Chemoul Sophrologue sur Paris.

Séances de sophrologie individuelles et collectives dans un endroit calme et convivial à Paris 12.



J’ai été accompagnée par Carole pendant 1 an, elle a été une aide très précieuse pour dompter mes angoisses et m’a accompagnée pour concrétiser mes projets, pour lesquels j’éprouvais de grandes difficultés.

Témoignages Mel Mel

Carole Chemoul Membre de la Chambre Syndicale de la Sophrologie

15 Rue du Dr Goujon, 75012 Paris



Prendre RDV

1. La détente musculaire

Une addiction est une pathologie cérébrale qui consiste en un rapport d’abus ou de dépendance envers un comportement (jeux d’argent ou de hasard, jeux vidéo, sexe, boulimie, anorexie) ou une substance (tabac, alcool, drogues), avec des conséquences néfastes. 

Si les addictions sont nombreuses et peuvent sembler pour certaines moins graves que d’autres, il ne faut cependant pas en sous-estimer les troubles qui se révèlent, pour chacune, lourds sur les plans psychique, physiologique et social. 

Il a été prouvé scientifiquement que nombre d’addictions s’expliquent à tout le moins en partie par une hérédité biologique, par des antécédents sociologiques liés à l’environnement familial et social ou par un terrain psychologique individuel favorable. 

Mais la dépendance est aussi fonction du produit ou du comportement en lui-même, c’est-à-dire de son potentiel addictif. 

Cela explique la nécessité d’une démarche de prise en charge globale. 

C’est dans ce cadre que la sophrologie caycédienne trouve sa place. Parce qu’elle consiste à accorder corps et esprit de manière consciente, pour vous permettre de ressentir de la détente et de l’apaisement. 

Qui plus est, il existe de nombreux exercices de sophrologie parfaitement adaptables à votre situation particulière. 

L’intérêt principal de cette médecine douce est de vous faire redécouvrir vos fonctions et vos capacités corporelles et psychiques, afin de vous les réapproprier. 

Dans ce sens, la respiration est considérée comme étant un élément primordial. En particulier, des exercices de respiration abdominale vous aident à synchroniser votre corps avec votre esprit. 

Votre sophrologue ne manquera pas non plus de compléter ce qui précède avec des techniques de contraction/décontraction musculaire pour vous guider vers la détente. 

Car la détente musculaire passe à la fois par la respiration et le travail sur les muscles. 

Cette méthode permet de rassembler toutes les tensions négatives dans un endroit précis du corps pour vous en débarrasser une bonne fois pour toute. C’est ce que l’on appelle en sophrologie la tension/détente. 

Mais attention : la sophrologie ne fait que compléter le suivi médical pour vous libérer de votre addiction. 

Elle représente toutefois une grande valeur ajoutée dans le traitement d’une addiction, quelle que soit sa nature. Car, dans cette démarche difficile et jalonnée de périodes de doute et de découragement, vous avez besoin de vous sentir réconforté et en confiance. 

Et c’est là une partie de ce que le sophrologue introduit au fil des séances.  

2. La respiration adaptée

L’addiction vient combler un manque, réduire une anxiété ou répondre à une angoisse. Malheureusement, c’est au dépens de la santé et souvent en toute connaissance des risques. 

Pourtant, les bienfaits de la sophrologie offrent une solution adaptée pour à la fois neutraliser cet état de tension qui joue contre vous et estomper vos pulsions. 

Sachez qu’entamer ce processus est plus facile qu’il n’y paraît et que vous commencerez à en ressentir les résultats dès la 3ème séance si vous êtes assidu. 

Comme nous l’avons vu, la respiration est l’une des clés des exercices. 

D’ailleurs, faites l’expérience : réalisez un de vos exercices préférés sans faire attention à votre respiration. Vous constaterez que le résultat n’est pas le même que lorsque vous respirez conformément aux indications de votre sophrologue. 

C’est pourquoi une respiration adaptée est primordiale. 

Il existe de nombreux exercices de respiration pour vous faire accéder à un degré de relaxation suffisant pour alléger votre rapport à votre comportement addictif. De sorte que vous pourrez, grâce à ce recul nouveau, essayer de voir votre addiction sous un angle plus optimiste. 

Et c’est déjà un pas vers votre libération. 

Un autre bénéfice des exercices de respiration adaptée consiste à vous aider à vous concentrer plus facilement sur les axes importants de votre vie durant cette période délicate, et ainsi à vous faire vous sentir à nouveau en possession de vos capacités. 

Là aussi, c’est un progrès dans la lutte contre votre addiction. 

Pour ce qui est du suivi proprement dit, votre sophrologue, lors de la première séance individuelle, s’entretient avec vous de vos besoins et vous aide à définir votre objectif. 

Ensuite, il vous propose un ensemble d’exercices à réaliser durant la séance de sophrologie

Cependant, gardez à l’esprit que la sophrologie vise à vous rendre rapidement autonome dans votre pratique et qu’il s’agit d’exercices simples et faciles à faire seul. 

Alors n’hésitez pas à les reproduire chez vous pour profiter, lorsque vous en avez besoin, de l’effet positif de chaque exercice et retrouver votre bien-être au quotidien.  

3. La visualisation positive

Une autre technique précieuse de la sophrologie caycédienne est la visualisation positive, dont les exercices se révèlent très utiles et très efficaces pour améliorer la confiance en soi et retrouver ses capacités. 

L’entretien au cours de la première séance permet à votre sophrologue de cerner votre profil. Par exemple, dans le cas de l’addiction à la cigarette, il vous pose des questions précises pour comprendre l’étendue de votre dépendance : combien de cigarettes vous consommez par jour, depuis combien de temps vous fumez, quel est selon vous votre niveau de dépendance, quelles sont vos motivations pour arrêter, etc. 

Ensuite, il élabore un programme sous la forme d’une combinaison d’exercices de sophrologie adaptée à votre situation. 

Il s’agit d’exercices de relaxation, de respiration et de visualisation positive recommandés dans le cadre de la lutte contre une addiction. 

Concernant la visualisation positive, un travail par exemple lié aux cinq sens et mettant en place des suggestions mentales positives vous aidera à dépasser vos mauvaises habitudes, à vous débarrasser des gestes rituels qui les accompagnent et à mieux gérer vos émotions

En effet, la représentation d’images ou de situations positives incite votre cerveau à accepter une situation nouvelle, tout en favorisant la confiance en vous-même et la croyance en vos capacités pour dépasser votre addiction. 

Ces exercices vous permettent donc d’adopter plus facilement de nouvelles habitudes, libérées de l’addiction. Et vous sentirez votre estime de vous-même s’accroître au fil des séances. 

Gardez à l’esprit qu’il est important d’avoir une motivation forte pour lutter contre une dépendance car c’est à cette motivation que vous vous raccrocherez dans les moments de vulnérabilité face à l’envie. 

Et c’est à elle aussi que votre sophrologue fera appel pour choisir une suggestion positive à vous proposer. 

4. La diminution du stress et de l’anxiété

Vous avez sans doute ressenti votre niveau de stress et d’anxiété augmenter. 

Il s’agit d’une réaction physique et psychique normale, dans la mesure où le corps et l’esprit sont en parfait désaccord : en effet, bien que vous sachiez que votre addiction est néfaste pour votre santé et votre bien-être, vous continuez à céder à vos pulsions. 

C’est pourquoi il est important de diminuer votre degré de stress et d’anxiété pour entamer le travail sophrologique sur de bonnes bases. 

Votre sophrologue vous propose donc des exercices spécialement destinés à lutter contre le stress, pour vous permettre de vous détendre, de lâcher prise et, ainsi, de vous focaliser sur votre bien-être. 

L’énorme avantage de la sophrologie est de mettre à votre disposition ses exercices faciles à n’importe quel moment de la journée, en toute discrétion. Vous pourrez donc au quotidien lutter contre vos envies soudaines et irrépressibles. 

Car, une fois le stress diminué ou disparu, vous serez plus apte à faire face à votre addiction efficacement. 

Un autre rapport au stress, dans le cadre d’une addiction, est inverse ; c’est-à-dire que l’addiction se développe en réponse à un stress chronique. 

Dans ce cas encore, la gestion du stress grâce à des exercices de sophrologie vous apportera un bénéfice considérable. 

Quoi qu’il en soit, pour vous en sortir efficacement, n’essayez pas de bannir le comportement ou la substance addictifs de manière catégorique, mais réapprenez à vivre sans. 

C’est pourquoi il est recommandé, dans le cas d’une addiction, d’alterner séances collectives et individuelles, afin d’échanger avec d’autres personnes affrontant des situations similaires et vous inspirer de leur expérience. 


Cela vous permet, en suivi individuel, de mieux vous comprendre et de mieux choisir vos exercices.  

5. L’écoute des besoins physiques et psychiques

Dans le cadre du sevrage d’une addiction, il est nécessaire d’être à l’écoute de son corps pour pouvoir dépasser cette phase difficile, pendant laquelle la personne souffrant d’une dépendance est souvent victime de désirs compulsifs difficiles à maîtriser. 

En effet, la personne dépendante, quel que soit la substance ou le comportement dont elle veut se débarrasser, peut se voir dans l’obligation de céder à sa pulsion pour éviter les troubles du manque. 

Il peut s’agir de tremblements, de transpiration, d’angoisse, de troubles du sommeil, de phobie et même de douleurs. 

Car l’addiction est un cercle vicieux auquel et le corps et l’esprit réagissent. 

De plus, il y a ce qu’on appelle le phénomène d’accoutumance, qui s’installe avec le temps et qui consiste en un besoin d’augmenter la dose pour obtenir les mêmes effets. 

C’est pourquoi une addiction doit être prise en charge avec le tout le sérieux consacré à une maladie : vous devez commencer par en discuter avec votre médecin traitant qui saura vous orienter vers le suivi éventuellement médicalisé qui convient. 

N’hésitez pas à demander conseil sur les traitements complémentaires : hypnose, thérapie par la parole, acupuncture ou sophrologie. 

Il n’est pas rare que les médecins orientent leurs patients désireux de s’affranchir d’une addiction vers la sophrologie car elle s’avère particulièrement adaptée. 

En effet, la sophrologie se caractérise par l’activation consciente des capacités physiques et mentales. Et ce sont ces capacités qui vous permettent d’identifier vos besoins. 

Ainsi, en vous mettant à l’écoute de votre corps, vous activez la sensation de détente, ce qui vous aide par exemple à bénéficier de bonnes nuits de sommeil qui à leur tour, par le repos apporté au cerveau, feront diminuer progressivement votre angoisse. 

L’idée est de prendre conscience de votre corps tout en le reliant à votre esprit. Dans cette démarche, patience et volonté sont vos alliées pour atteindre l’objectif que vous vous êtes fixé. 

6. Soulager les douleurs liées au sevrage

Dans le cadre du traitement d’une addiction, l’une des conséquences est l’apparition de douleurs liées au sevrage lui-même. 

Avant tout, il convient de recourir aux compétences d’un médecin pour prendre en charge le processus de sevrage. 

Toutefois, une approche globale trouvera un bénéfice complémentaire considérable dans la sophrologie, notamment pour soulager la douleur due au sevrage. 

Car consulter un sophrologue est une vraie solution pour maîtriser, voire faire disparaître ces tensions intérieures. 

Vous pourrez alors vous concentrer sur autre chose que cet effet secondaire de l’addiction. 

Prenez la sophrologie comme un outil à votre disposition, dont les exercices faciles, simples et discrets sont reproductibles chez vous, au travail et même dans la rue. 

Grâce à la respiration, à la relaxation et à la visualisation positive, vous vous sentirez apaisé et vos pulsions seront moins sensibles. 

Les exercices de sophrologie vous aideront à vous mettre à l’écoute de votre corps, à reconnaître la douleur due au sevrage et à la calmer. 


En résumé, vous apprendrez à gérer la frustration par la sophrologie et à renforcer les sensations positives dans votre quotidien.  
Tout au long de votre suivi sophrologique, votre thérapeute veillera à vous aider à prendre conscience de la notion de valorisation des progrès, même les plus petits. 

Parce que sur le chemin de l’affranchissement d’une addiction, chaque pas compte.